Bibliothèque Copte Sahidique de Nag Hammadi - Ecrits chrétiens des premiers siècles
 
AccueilConnexionS'enregistrer


Partagez | 
 

 Définition sommaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Baucens
Fondateur
avatar

Localisation : Stockholm

MessageSujet: Définition sommaire   Lun 15 Nov - 23:46

Gnose, du grec gnốsis (γνώσις) signifie "connaissance".
Le gnosticisme, dont les racines semblent remonter jusqu'à Orphée, se développe durant les premiers siècles de notre ère sur l'ensemble du bassin méditerranéen et au Moyen-Orient. Le principe des milieux dits gnostiques est de détenir une connaissance cachée qui se transmet de manière ésotérique, c'est-à-dire par le biais d'un parcours initiatique auquel ne peut accéder qu'une minorité, les "élus".

"Ésotérique" (ésôterikós, έσωτεριkóς) du grec εσώτερoς (esôteros), qui signifie « intérieur, en dedans » le terme désigne l'initié par opposition au profane.


Il existe de très nombreuse formes de gnoses et de milieux gnostiques mais ce qui nous intéresse davantage ici, c'est le gnosticisme qui est, en quelque sorte, la pensée gnostique dans les milieux chrétiens. Les premiers groupes connus sont contemporains du Christ, les derniers semblent s'éteindre autour du XIII° siècle avec la Croisade des albigeois. Il existe, de nos jours, des groupes se réclamant du gnosticisme, ils sont pour la plupart répertoriés parmi les mouvements sectaires.
On peut résumer la pensée du gnosticisme par : "Je suis au monde, mais je ne suis pas de ce monde". En effet, ce monde, cet univers et tout ce qui le peuple serait l'œuvre du démiurge, une entité imparfaite, ignorante et arrogante. C'est le dieu de l'Ancien Testament. Il a façonné Adam et Ève dans lesquels le Vrai Dieu, Père/Mère de toute chose, a insufflé une âme qui recèle la mémoire du plérôme, la plénitude. La chair, la matière étant l'œuvre du Mauvais, l'être humain doit rechercher en lui la vérité qui est au-delà de toute vérité. Pour l'aider dans cette quête, le serpent (qui est le Christ) incite Ève à goûter aux fruits de l'arbre de la connaissance ; partageant son expérience avec Adam, ils accèdent à la connaissance et comprennent qu'ils sont nus. Non pas nus parce que l'on voit leurs corps de chair mais nus parce que leurs âmes ne sont pas revêtues de la lumière divine. Afin d'empêcher l'homme de s'élever à sa véritable condition, le démiurge épaissit son esprit, le rendant dépendant de la chair et de ce monde.
L'initiation, qui doit aboutir à l'être ésotérique, consiste à retrouver cette mémoire cachée en chaque être afin de se libérer de l'emprise maléfique du démiurge. Si cette pensée s'était égarée au fil des siècles, elle fut remise en lumière par la découverte d'une bibliothèque copte près de Nag Hammadi, en Égypte, en 1946. La traduction de ces textes en français ne débutera que vers le milieu des années 1980.

En cliquant sur les liens suivants, vous accéderez à des textes en français dont la lecture permettra une approche plus étendue du gnosticisme.

>>> L'hypostase des Archontes <<<

>>> Traité sur l'origine du monde <<<

En navigant depuis ces pages vous accéderez à l'ensemble des textes découverts à Nag Hammadi.

Une version téléchargeable et imprimable est disponible sur simple demande.

Bien amicalement,


Baucens

"Le monde est un pont. Passe dessus mais n'y établis pas ta demeure"


Dernière édition par Baucens le Dim 12 Déc - 21:59, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Définition sommaire   Jeu 25 Nov - 0:29

Merci pour cette petite, mais ô combien nécessaire (pour moi) explication.

Déjà ésotérique, ésotérisme j'ai toujours pensé que ça avait plus un lien avec le spiritisme, la magie (noire ou blanche), la voyance. Et d'ailleurs souvent les forums ou sites sur internet qui parlent de ce genre de chose disent souvent être ésotériques...

C'est bien loin du sens réel et initial.

Baucens a écrit:
Il existe, de nos jours, des groupes se réclamant du gnosticisme, ils sont pour la plupart répertoriés parmi les mouvements sectaires.
De toute façon en France si t'es croyant, tu dois forcément être catholique, juif ou musulman (et pour ces deux dernières c'est plus par peur de s'entendre dire "antisémite" ou "islamophobe"), sinon t'es soupçonné forcément d'être dans une secte...
Baucens a écrit:

On peut résumer la pensée du gnosticisme par : "Je suis au monde, mais je ne suis pas de ce monde".
ça me rappelle une phrase de l'évangile de saint jean "Je leur ai donné votre parole, et le monde les a haïs, parce qu'ils ne sont pas du monde, comme moi-même je ne suis pas du monde. Je ne vous demande pas de les ôter du monde, mais de les garder du mal. Ils ne sont pas du monde, comme moi-même je ne suis pas du monde." (chapitre 17 versets 14 à 16 version bible crampon)
Baucens a écrit:
En effet, ce monde, cet univers et tout ce qui le peuple serait l'œuvre du démiurge, une entité imparfaite, ignorante et arrogante. C'est le dieu de l'Ancien Testament.
Est-ce que ça veut dire qu'ils considèrent que Dieu de Moïse (ancien testament) n'est pas le même que Dieu de Jésus (nouveau testament) ?
Revenir en haut Aller en bas
Baucens
Fondateur
avatar

Localisation : Stockholm

MessageSujet: Re: Définition sommaire   Ven 26 Nov - 0:06

En fait, le terme "ésotérisme" s'emploie un peu à toutes les sauces. On le trouve très en vogue fin du XIX° jusqu'à la moitié du XX° siècle dans les milieux de l'occultisme populaire, puis il semble marquer un pause pour revenir en force au début des années 1980. Aujourd'hui, on le retrouve un peu partout. Chez les anciens on désignait par "ésotérique" celui qui est initié, qui possède un savoir secret qui ne se transmet qu'oralement. Plus bas, on trouve l'exotérique qui est un futur ésotérique, une sorte d'apprenti, et enfin, le profane qui ne sait rien.

Aujourd'hui, "ésotérisme" est synonyme de beaucoup de mots : magique ; mystique ; alchimique ; spiritisme (moderne occidental) ; etc., un peu par effet de mode. L'ésotérisme fait référence à un savoir, une connaissance cachée à laquelle seuls certains élus peuvent accéder, au prix d'une longue et difficile initiation. C'est l'un des principes même du gnosticisme, de l'alchimie ou du spiritisme chez les animistes. Le but de l'ésotérique est de parvenir à l'ultime connaissance, celle qui se passe de tout savoir, le fameux "summa scientia, nihil scire" des gnostiques ("ultime savoir, ne rien savoir"), c'est-à-dire, l'accès à l'état "suprême", l'unité parfaite avec Dieu ou le "grand tout" ou encore la "force vitale" en fonction des philosophies.

La magie était l'art des mages qui par un lent processus parvenaient à la maîtrise de la matière et pouvaient agir sur elle par des "prodiges". L'alchimie avait pour but de transformer le plomb en or, c'est-à-dire de transformer l'homme brut (incarné) en être "révélé" fait d'énergie ou pur esprit. Le spiritisme, en Europe, consiste à faire tourner des guéridons et voler des verres à vin Rolling Eyes pour communiquer avec les esprits des disparus. Chez les animistes, le spiritisme est un manière d'entrer en relation (harmonie) avec les esprits de toute chose (vivante ou inanimée) afin de maintenir un équilibre profitable aux deux mondes, celui de la matière et celui des esprits. Aux Philippines par exemple, le spiritisme sert surtout à guérir les malades. A l'exception du "spiritisme à l'européenne", ces différentes "sciences" peuvent être qualifiées d'"ésotérique" du fait qu'elles nécessitent un savoir secret passant par une initiation longue et ardue. Le "spiritisme à l'européenne" s'improvise beaucoup plus qu'il ne s'apprend. Il ne faut, néanmoins, pas voir en cela quelque chose de négatif car s'il n'est pas ésotérique au strict sens du terme, il n'en possède pas moins une indiscutable réalité. Cette expression du spiritisme repose principalement sur le ressenti et l'intuition ; une démarche plus personnelle, propre à chacun qui permet d'aborder une forme très répandue de la spiritualité et dont l'un des vecteurs est la notion du "tout est en nous".


Baucens

"Le monde est un pont. Passe dessus mais n'y établis pas ta demeure"


Dernière édition par Baucens le Mer 27 Juil - 21:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Baucens
Fondateur
avatar

Localisation : Stockholm

MessageSujet: Re: Définition sommaire   Ven 3 Déc - 13:17

Citation :
Est-ce que ça veut dire qu'ils considèrent que Dieu de Moïse (ancien testament) n'est pas le même que Dieu de Jésus (nouveau testament) ?

Oui, c'est tout à fait cela. Dans la pensée gnostique, le démiurge est une divinité ignorante et malfaisante qui a créé ce monde dans le but d'y enfermer les esprits nés du "vrai dieu". Adam et Ève sont ses créations, de même que le jardin d'Éden d'où il les chassera lorsqu'ils auront pris conscience, grâce à la connaissance, qu'il existe un "vrai dieu" dont leur esprit est façonné. Le démiurge affirme lui-même qu'il est un dieu jaloux (ce qui laisse entendre que d'autres dieux ne sont pas jaloux). Lorsque nous lisons la Genèse, nous nous rendons vite compte que cette divinité a des pouvoirs très limités : elle ne sait pas où se trouve Adam et Ève quand ceux-ci, ayant conscience de leur nudité, se cachent ; il ignore qu'ils accéderaient à la connaissance ; son irritabilité est manifeste et ses colères irraisonnées et brutales. Dans le Deutéronome, il exige que soit sacrifié toute personne ne respectant pas les lois qu'il fixe (il faut tuer l'enfant désobéissant ; rejeter celui qui "arrondi" sa barbe ; offrir des animaux en sacrifice, etc.) Le Lévitique est assez édifiant au sujet du régime alimentaire qu'il impose et surtout par les raisons qu'il invoque. Il menace d'anéantir la tribu toute entière de ceux qui ne tueront pas celui qu'il estime fautif à son égard. Par ailleurs, ne détruit-il pas l'humanité dans le déluge ? Ne réduit-il pas en cendres Sodome et Gomorrhe qui lui ont déplu ? N'avait-il donc rien prévu de ce qui allait advenir avant chacun de ses courroux dévastateurs qui sont légions dans l'Ancien Testament ? Le gnosticisme peut fortement appuyer sa conviction sur cet ensemble de livres. Cette pensée définit dieu (celui tenu pour "vrai") comme inaccessible et loin des préoccupations de ce monde dans lequel il n'intervient pas, alors que l'on croise le démiurge presqu'à chaque coin de rue et souvent d'une manière funeste à l'homme. Il est aussi appelé "l'archonte", "Samaël", "Yahvé", "Yehova", "Yaldabaoth", etc. Être gnostique, c'est s'éloigner du "faux dieu" et chercher le "vrai dieu" en accédant à la parcelle de la plénitude (le plérôme) qu'il a mêlé à l'homme et la femme lorsqu'il leur insuffle la vie ; retrouver cette "mémoire caché" est le chemin de la connaissance (gnose), la quête doit être intérieure car 'tout est en nous".

Quant au Christ, il est considéré comme un être "normal", un humain comme les autres, qui accède à la connaissance intérieure et devient "Christ" (roi). Il invite tout homme à suivre sa voie et à devenir "christ" car, dans le pensée gnostique, il en est ainsi ; tous les humains sont appelé à entrer dans la plénitude de dieu qui les a créés inaltérables et immortels, mais enfermés et égarés dans l'"oubli" par l'archonte.

Bien amicalement,


Baucens

"Le monde est un pont. Passe dessus mais n'y établis pas ta demeure"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Définition sommaire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Définition sommaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Définition et rôle du Héraut
» Définition Espece invasive
» Définition
» Sommaire Minéraux
» Le Zen, courte définition

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Baucens :: La pensée Gnostique :: Le gnosticisme-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit